Jörg Ulbert (dir.) 

Ennemi juré, ennemi naturel, ennemi héréditaire

Construction et instrumentalisation de la figure de l´ennemi. La France et ses adversaires (XVIIe – XXe siècles)

broché, 17 x 24 cm, 367 p., num. fig., Index, ISBN 3-934632-41-6, EAN 9783934632417, € 29,90 (F)

L’identité de la France ne s’est pas seulement construite autour d’une langue, d’une dynastie, d’une culture, d’un territoire et de frontières, fussent-elles géographiques, politiques, sociales ou éco­no­miques. Elle s’est également forgée par l’hostilité, par les conflits et par les luttes qui l’ont opposée à des États rivaux. C’est aussi en combattant ses ennemis, extérieurs ou intérieurs, en se mesurant et en se com­pa­rant à eux que la France s’est bâtie son identité.
Certes, depuis la Moyen-âge, la France a été opposée, à un moment ou un autre, à chacun des États européens, mais vis-à-vis de certains de ses adversaires, elle entrete­nait une inimitié particulière qui conférait à ceux-ci un statut singulier. Selon les termes con­tem­po­rains les Anglais, les Espagnols et les Allemands devinrent, pendant une période plus ou moins longue, « l’ennemi juré », « l’ennemi naturel », voire « l’ennemi héréditaire » de la France.

C'est à la construction et à l’instrumentalisation de ces différentes notions, à leur mise en place et leur réception que s'intéresse le présent volume.